QUI SOMMES-NOUS  |  Nos missions

Nos missions

L’Institut de la précarité et de l’exclusion a été créé pour :

  • valoriser l’expertise acquise par le Centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre sur les personnes touchées par l’exclusion et la précarité du fait de sa double vocation sanitaire et sociale unique en France ;
  • développer les connaissances sur les problématiques émergentes pour mieux éclairer le débat public.

La synergie qui s’est créée au CASH entre l’approche sanitaire et sociale autour du travail coordonné des professionnels confère à l’établissement un rôle d’expert et de pilote au niveau régional et en fait un lieu ressource pour tout chercheur ou tout professionnel :

  • création du SAMU Social de Paris en 1993
  • création des lits infirmiers en 1992,
  • mise en place d’un pôle d’accueil et d’orientation sociale et médicale en 2014,
  • création en 2016 de l’institut de la Précarité et de l’Exclusion Sociale (IPES).

Véritable laboratoire de recherche et d’innovation sociale, l’IPES fonde son action sur les principes suivants :

  • Une culture de l’innovation et de l’expérimentation ;
  • Un appui sur la recherche multicentrique, sur les collaborations transdisciplinaires et sur l’intelligence collective ;
  • Et une implication des professionnels de terrain qui concourent en réseau et au quotidien à la prise en charge des populations précaires et exclues.
     

Sur le champ de la pauvreté, de l’exclusion sociale, de la santé mentale, du vieillissement ou du handicap, l’IPES vise à développer :

  • La recherche pluridisciplinaire
  • La formation ;
  • La valorisation et la diffusion des connaissances ;
  • La veille sur les problématiques émergentes ;
  • Un réseau de partenariats et des coopérations.

L’IPES ambitionne d’appuyer des décisions politiques et opérationnelles en s’appuyant sur 4 unités : 

  • Une unité de recherche pluridisciplinaire sur la précarité, l’exclusion, les problèmes psychiatriques, le vieillissement ou le handicap chez les populations précaires croisant les approches de sante publique, socio-anthropologique, psychologique, historique, économique et juridique et s’appuyant notamment sur les chercheurs de l’Université de Nanterre et les chercheurs sélectionnés dans nos appels à projets ;
  • Un centre documentaire et un centre de formation en capacité d’accueillir des stagiaires mais également de développer des modules d’enseignements pluridisciplinaires.
  • Un centre de réflexion éthique placé sous l’égide d’un conseil scientifique et éthique qui regroupera des universitaires mais aussi des partenaires associés lors d’études multicentriques.
  • Une unité de veille et d’alerte sur des problématiques émergentes, comme par exemple l’augmentation très sensible du nombre de femmes à la rue.

En 2016-2017, l’IPES est entré dans une phase opérationnelle avec :

  • La constitution en 2016 d’un Groupement d’Enseignement et de Recherche Interdisciplinaire (GERI) entre l’Université de Nanterre et le CASH ;
  • La création d’une unité d’accueil et d’encadrement des stagiaires qui reçoit des chercheurs et stagiaires de tous horizons : thèses de doctorats, master 2 , masters 1, licence 3, étudiants cadres infirmiers, infirmiers, aides-soignants, stagiaires psychologues, assistants de service social, éducateurs spécialisés etc..
  • La définition de thèmes de recherche et de formation continue communs avec le Conseil Départemental en vue d’améliorer la connaissance et la prise en charge des publics ;
  • La conclusion d’un mémorandum d’accord avec l’université de Brasilia (Brésil) et la participation de l’IPES à un programme de recherche internationale, le projet Vie Parallèles- Migrants.
  • Des publications dans des revues internationales.